Le Brassin des Vignes, ou l'histoire d'une rencontre

La semaine dernière, nous avons brassé notre bière collaborative, intitulée le Brassin des Vignes.

 

Une bière qui va au-delà de la bière puisqu’elle est aussi le fruit de notre rencontre avec le vigneron Peter Hahn, du Clos de la Meslerie (Vernou-sur-Brenne – appellation Vouvray). C’était l’hiver dernier à Rochecorbon, où nous nous trouvions lui et nous à l’invitation de Tony DELARUE, pour le marché gourmand de La Part Belle.

 

Nous étions en pleine réflexion et expérimentation sur les moyens de créer des produits qui symbolisent le chaînon manquant entre la bière et le vin.

 

 

Au gré des discussions et des dégustations, la sincérité de Peter et de ses vins – quelques milliers de bouteilles d’une cuvée unique et naturelle – nous a tout simplement enthousiasmés.

 

Et si la personnalité du vigneron importe plus que le vin lui-même, alors notre homme était tout trouvé !

L’idée de cette première bière collaborative était clairement d’employer des ressources locales comme moyen de relier la bière à notre terroir. Plusieurs options étaient sur la table : brassage avec du moût de raisin, flore bactérienne sauvage, vieillissement en barrique…

 

 

Et compte tenu de la période, en pleine vendanges, l’idée de brasser avec du moût de raisin s’est finalement imposée.


Pour la petite histoire...


 

Brasser une bière avec du moût de raisin est un style qui nous vient… d’Italie !!

 

Vous en conviendrez, il n’y a définitivement pas que la Belgique dans le monde brassicole, si vaste et passionnant. Son nom :

 

Italian Grape Ale

 

Après les IPA, voici donc les IGA ! Et ce sera notre première immixtion dans le style. Au passage, la brasserie Perle a également produit avec succès un brassin similaire, la Perle dans les Vignes.


Revenons à notre Brassin des Vignes... Nous sommes donc allés récupérer du moût de Chenin, fraîchement récolté chez Peter le jour même, puis conservé au froid (2°C) quelques jours pour l'utiliser dans ce Brassin des Vignes, dont le brassage s’est déroulé lundi dernier à notre atelier de Montlouis-sur-Loire. Quant à la recette :

 

Nous sommes partis sur une base maltée assez riche : Pilsen, Munich 25,  Melano et flocons de froment. 

 

 

Pour le houblonnage (100% en cônes), nous avons utilisé la variété alsacienne Triskel (croisement entre la variété française Strisselspalt et la variété anglaise Yeoman. Ses notes sont fruitées, agrume et florales) et la variété néo-zélandaise Nelson Sauvin. Ce dernier pouvant notamment offrir des arômes de Sauvignon Blanc… nous verrons bien !

Mais ce binôme est en tout cas censé conférer à la bière un cocktail de saveurs et d’arômes très floraux et fruités, équilibré par une fine amertume.

 

Et le moût de raisin nous direz-vous ! Et bien c’est au cours du houblonnage, 15 minutes avant la fin de l’ébullition, que nous avons choisi de l’incorporer. Une ébullition que nous avons voulu plus longue qu’à l’accoutumée (90 minutes) pour réduire le moût et concentrer les sucres.

Après refroidissement et transfert en fermenteur, nous mesurons une densité initiale de 1062. Pour la fermentation, nous avons opté pour une levure anglaise  offrant un caractère fruité assez élevé ainsi qu'une bonne sédimentation.

 

 

Et la dégustation de ce Brassin des Vignes / Millésime 2017 , c'est pour quand ?

 

Ce sera vraisemblablement pour décembre. Il va donc falloir s’armer de la mère des vertus pour dénicher l’une des quelques dizaines de bouteilles disponibles à l’approche de Noël... et il n’y en aura pas pour tout le monde !

 

Houblonnement,

 

 

Maxime & Karim

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    jull (mercredi, 11 octobre 2017 22:36)

    Je suis à 20m au dessus et suis toujours curieux de goûter! ;-o)